Scop-ti : pour une production locale et solidaire.

Dernière modification le 23/01/2024 - 10:32

Un éclaireur CEDRE à l'histoire particulièrement emblématique cette semaine ! 
 

☕ Dans les Bouches-du-Rhône, Scop-ti, société française et coopérative ouvrière provençale de thés et infusions, porte son histoire de lutte sociale et revendique une implantation locale de la production de thé.

Scop-ti a vu le jour en tant que coopérative ouvrière à la suite d’un conflit social contre la multinationale Unilever qui détenait le site de production. En septembre 2010, Unilever annonce à ses 182 salariés la fermeture de l’usine Fralib, qui fabrique le thé Éléphant. Sur ces 182 salariés, 76 vont lutter avec la multinationale jusqu’à obtenir un accord de fin de conflit ouvrant sur la création d’une coopérative ouvrière.

« Parmi les 76 salariés, 58 ont fait l’acte de candidature de coopérateur, 46 d’entre eux avaient besoin et la volonté d’en être salariés. Aujourd’hui, la coopérative compte 36 salariés », précise Olivier LEBERQUIER, Président de Scop-ti. Cette histoire sociale, la coopérative en est fière : « On coche les 5 piliers France Active, indique le président, mais ceux sur lesquels on est particulièrement actifs sont ceux de la gouvernance, avec notre modèle économique coopérative où on veut vraiment un fonctionnement horizontal. Un homme = une voix ce n’est pas que sur le papier, c’est ce qu’il se passe réellement dans notre coopérative ! »

Du côté de l’écologie, l’entreprise « sans arôme artificiel » revendique travailler avec des produits naturels, le tout dans une volonté de relancer la filière des plantes aromatiques et médicinales dans sa région en travaillant le plus possible en circuit court. « On veut bien sûr relocaliser la filière, ajoute Olivier Leberquier, Dans les années 1970, on comptait une cueillette allant de 450 à 500 tonnes de tilleul en France. Aujourd’hui, ce sont seulement 10 à 15 tonnes. Tout simplement parce que les multinationales vont chercher les produits à l’autre bout de la planète, leur font faire des circuits de fou pour des optimisations fiscales, les conditionnent en Pologne, que finalement la vente se déroule en France. Nous, on fait plus simple. »

Scop-ti travaille en effet avec les producteur de la Drome provençale, à Buis les Baronnies, et tous les ans organise une cueillette du tilleul avec les syndicats des tilleuls de Baronnies. « Cultivé sur place, cueilli sur place, séché sur place, coupé sur place…. Il parcourt 160 km jusqu’à notre usine où on va le conditionner sous la marque Scop-Ti bio ou 1336 bio ».

Partager :
204
Auteur de la page

Animation Cedre

Modérateur

Mariana Craciun

Chargée de mission - Economie Circulaire et de Proximité